Accueil > Non classé > Radio Liferay Episode 1: James Falkner

Radio Liferay Episode 1: James Falkner

 

 

Olaf Kock, de Liferay Allemagne, a eu l’idée d’enregistrer des entretiens avec différentes personnes travaillant chez Liferay et de les diffuser sous forme de podcast sur liferay.com. Chacun des épisodes nous permet de découvrir plus en profondeur l’univers Liferay et ses acteurs.

Dans ce premier épisode, Olaf interroge James Falkner sur la communauté Liferay.


 

Après l’obtention de son diplôme à l’université de Floride, la carrière de James Falkner a débuté en 1997 au sein de Sun Microsystem. Son interêt pour l’open source l’a poussé à intégrer le projet Sun Portal en 2008 et à poursuivre dans cette voie en rejoignant la communauté Liferay en 2010 en tant que Community Manager.

 

La communauté Liferay en chiffres

La communauté Liferay est actuellement composée d’environ 50 000 membres enregistrés sur liferay.com, repartis comme ceci :

 

La communauté est très active comme en témoigne la partie forum, actuellement composée de plus de 170 000 messages, répartis dans un peu plus de 80 catégories, et où 100 à 150 messages sont postés quotidiennement.

 

User Group

Bien que présents depuis l’origine de Liferay, les User Groups ont toujours été indépendants de la compagnie. Ce n’est que récemment que Liferay a décidé de formaliser et d’intégrer leur présence sur le site de la version communautaire liferay.org. La compagnie veut favoriser leur expansion et ainsi développer leur atout social.

A la création d’un User Group sur liferay.org, des ressources et des outils collaboratifs sont mis à la disposition des membres gratuitement, ce qui permet une meilleure collaboration entre les membres ainsi qu’une gestion totalement autonome du groupe. Les membres des groupes peuvent donc facilement organiser des rencontres et collaborer ensemble.

 

Community Leadership

Une communauté open source qui fonctionne amène naturellement des leaders. Ils pourront ainsi encadrer les membres de la communauté grâce à leurs compétences et à leurs expériences.

Pour les volontaires qui veulent investir de leur temps dans la communauté, Liferay possède trois sous programmes :

  • le 100 papercuts, inspiré de la communauté Ubuntu, dans lequel un petit groupe de personnes se focalisent sur la résolution de 100 bugs ennuyeux mais facile à résoudre, en un temps limité.

  • le Community verify program : du fait de l’immensité actuelle du projet, des droits supplémentaires au Bug Tracking System sont ajoutés aux volontaires afin de leur déléguer la recherche de bug dans le système.

  • le Bug squad, programme le plus récent, où les volontaires apportent leur aide pour faciliter les releases majeures. Ils ont accès en avant première à la version pour la tester, découvrir les nouvelles fonctionnalités et donner leurs ressentis. Ces retours permettront d’améliorer les points perfectibles (bugs, améliorations ratées, …).

Si vous êtes prêts à vous investir contactez James Falkner.

 

Date de release

Il sort en moyenne une version majeure de Liferay tous les ans. Mais le jour officiel de sortie est toujours annoncé tardivement, la compagnie préférant annoncer aux utilisateurs une fenêtre de 4 à 6 semaines.

La dernière version (6.0) étant sortie en septembre 2010,  la prochaine (6.1) est annoncée, au moment de l’enregistrement du podcast, pour fin septembre – début octobre.

La version suivante, hypothétiquement 6.2, devrait logiquement arriver au début du quatrième trimestre 2012.

Note de l’auteur : à la date de publication de cet article, la version 6.1 n’est toujours pas disponible. Une version Beta a été lancée le 14 octobre 2011 et selon la roadmap Liferay, une prochaine version Beta est attendue pour le 30 décembre 2011.

 

Ray is in trouble

Ray est la mascotte de la communauté Liferay. Il représente le développeur luttant sur un projet afin de le mener à bout. On peut suivre ses aventures sur liferay.com/ray.

Ray is in trouble, he needs some help !

 

Community Edition / Enterprise Edition

En 2008, Liferay a décidé de distribuer deux éditions différentes de leur produit : une édition communautaire (CE) gratuite et une édition entreprise (EE) payante.

James Falkner étant le Community Manager, il explique peu se soucier de la version Entreprise et préférer veiller au bon fonctionnement de l’édition Communautaire. Pour lui elle est la représentation de la communauté de Liferay. Son objectif est de rendre la version communautaire la plus performante possible même si cela amène une baisse des ventes de l’édition entreprise. Il est intéressé par l’open source et par les améliorations que cela amène. A l’heure actuelle on compte un million de déploiement de Liferay dans le monde dont une très grande majorité est issue de la version communautaire.

“I could not care less whether there is not another Entreprise Edition subscription license sold ever again” (James Falkner)

 

IRC

James Falkner invite ceux qui ne connaissent pas ou très peu Liferay à se rendre sur liferay.org afin d’en apprendre un peu plus.

Il invite également les personnes intéressées à se rendre sur le channel IRC de Liferay afin de prendre contact avec la communauté. Ce dernier est le meilleur moyen de participer à la vie de la communauté puisqu’il est toujours rempli d’au moins 25 personnes.

Pour James, l’IRC est l’esprit de l’open source et le réseau social par excellences.

Dans ce t’chat il n’y a pas de discussion type, mais on admettra trouver une petite majorité de sujets techniques, le tout dans une ambiance toujours sympathique.

Des annonces sont également diffusées par ce média.

James précise qu’il n’est pas nécessaire d’être un expert si on désire s’investir dans la communauté car il existe différents moyens de se rendre utile. Il cite comme exemple le travail de traduction, très utile, et  qui peut être effectué par n’importe qui durant son temps libre.

IRC Server:
irc.freenode.com
Channel:
#liferay

Motivation, participation

James nous raconte qu’une fois lors d’un 100 papercuts, des goodies ont été envoyés aux trois meilleurs participants. Et, à leur grand étonnement, l’un des trois renvoya un e-mail expliquant que sa motivation n’était pas de recevoir des récompenses. Pour lui, seul la volonté de contribuer à une communauté le motivait.

Cette exemple nous montre qu’il n’y a pas que l’appât du gain qui motive les gens. Liferay possède une communauté qui est active et composée de membres voulant contribuer à cette dernière et sans forcément attendre quelque chose en retour, si ce n’est, peut être, la satisfaction d’avoir participé.

 

Si vous voulez écouter le podcast c’est ici que ça se passe !

 

 

Share
Categories: Non classé Tags: ,
  1. 22/08/2014 à 03:34 | #1

    Superbly illuainmting data here, thanks!

  1. Pas encore de trackbacks